12 mars au 11 avril 2015

David Gagnebin-de-Bons

Le travail de ce photographe lausannois propose un monde de “natures mortes” oniriques et personnelles savamment agencées.

Au fil des œuvres, et tout en se laissant porter par la profondeur des noirs ou l’éclat des rouges, le spectateur suit la dissolution des objets et leur “rematérialisation” en formes et espaces successifs qui tendent à désorienter et induire une nouvelle perception.

Catherine Tirelli