MANIFESTAZIONE DI UN SOGNO.

FRAGMENTS

4 décembre – 28 décembre 2019

Suzanne Perret et l’esthétique du fragment.

Artiste aux multiples intérêts, grande voyageuse et « dévoreuse » de rencontres, Suzanne Perret nous propose pour cette exposition des travaux, le plus souvent de petit format, conçus autour du concept de discontinuité propre au caractère même du fragment.

Ainsi, Suzanne Perret, découpe, colle, écrit, trace, redessine des territoires à travers une calligraphie subtile de formes, textures et matières et selon une gamme chromatique oscillant entre le noir et le blanc.

Miettes, débris, bribes, morcellements, sont ici autant de stimulations de l’imaginaire, d’appels à l’évocation et d’ensembles secrets.

Et, si dans ce travail l’esthétique semble prédominer, on ne peut s’empêcher de ressentir une interrogation latente sur les signes, la perception et les énigmes de la création.

Catherine Tirelli

Toutes techniques confondues, cette exposition centrée sur la perception du réel entre tension et légèreté, poésie et mélancolie se présente comme le dialogue de diverses sensibilités et visions du monde.

30 mars au 20 mai 2017

VIS-À-VIS ou la vie comme théâtre mélancolique.

Claviers, éclairs déchirant l’espace, danseuses, acrobates, visages nostalgiques de divas anonymes, tel est le monde que ROSSELLA FUMASONI choisit de dévoiler dans cette exposition.

De prime abord on pourrait se croire dans un univers exclusivement féminin, poudré, léger, puis le regard s’enfonce, se perd et surgit alors un autre univers, à la fois proche et lointain, mystérieux, sensuel, impalpable, nostalgique, dominé par une force de liberté et une volonté de confrontation entre rêve et réalité.

Ce travail sophistiqué mêlant peinture et collage provoque le regard et pose la problématique de l’art comme fiction. 

Si le collage dévoile des chemins détournés, ouvre des portes secrètes, introduit la magie triste de l’image, les noirs profonds et les halos lumineux portent et étayent  la confrontation entre soi et le réel, l’art et la réalité.

La peinture est toujours la grande gagnante, elle est miroir du monde et unique objet de notre acharnement.

Catherine Tirelli

Tech miste et collage, cm 120×40

Du 7 novembre au 29 décembre 2018
Vernissage le mercredi 7 novembre de 18h00 à 20h00 en présence de l’artiste.

Au plaisir de vous retrouver à cette occasion.

Luciano et Catherine Tirelli

IO HO SENTITO LA MUSICA

Davide Bramante, Ottavio Celestino, Claudia Peill, Sergio Scabar

Intersezioni

19 septembre – 27 octobre 2018

_______________________________________________________________________________

La Galerie L&C Tirelli est heureuse de vous présenter Intersezioni, une exposition photographique regroupant quatre artistes de la scène italienne.

Davide Bramante

Les photos de Davide Bramante réinventent le paysage urbain, architectural, pictural des villes et proposent une forme de « vedutisme » contemporain. 

Ce travail photographique, sans aucune manipulation digitale est obtenu grâce à la technique analogique de l’exposition multiple du même photogramme. La superposition des prises donne une impression d’accélération de la perspective et de stratification visuelle. Places, ponts, gares, monuments se fondent ainsi en un mouvement unique qui à travers la dilatation temporelle symbolise une culture et un lieu. Le spectateur est dès lors contraint à s’adapter à une nouvelle manière de percevoir le monde et à une multiplicité d’impressions visuelles ; présent et passé se juxtaposent racontant des histoires diverses et simultanées.

Ma manière de photographier est identique à ma manière de me souvenir, de penser, de rêver, d’espérer, d’imaginer…tout se fait par superpositions temporelles et spatiales. Davide Bramante

Ottavio Celestino

Photographe profondément lié aux problématiques écologiques et sociales, propose ici deux types de travaux d’une part Radix travail sur la beauté cachée de la nature et d’autre part Antropocene[1].

Sensible aux équilibres de la nature, Celestino est allé photographier Bieloweiza, la dernière forêt vierge d’Europe située à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne et,  souhaitant confronter nature immaculée et réflexion sur l’empreinte humaine, il nous propose un travail dont l’esthétisme apparent force à la mise en question, en effet chacune des œuvres de la série Antropocene présente un mystérieux signal d’alarme…à nous de le décoder.

CLAUDIA PEILL

Temps suspendus… arrêts sur image… 

Le travail de Claudia Peill propose un dialogue lyrique et poétique entre photographie et peinture. 

Les photographies, fragments prélevés dans ce musée à ciel ouvert que nous offre la ville de Rome, se présentent dans leur coupe violente comme de mystérieux petits morceaux du quotidien exaltés par la juxtaposition d’un monochrome vibrant. La peinture est ici révélatrice d’un monde caché et installe un espace entre bruit et silence, visible et invisible, rapidité et lenteur.

Aucune nostalgie dans le travail de la Peill, mais réélaboration, réappropriation du contexte urbain et sollicitation d’une mémoire visuelle sans cesse renouvelée.

SERGIO SCABAR

Depuis de nombreuses années Scabar observe, compose et représente le monde des objets. 

A travers une recherche solitaire et constante, en poète et amant d’un univers silencieux, il parvient à donner à chaque élément de ses compositions corps et  substance grâce à une mise en scène maîtrisée et des rapports subtils entre ombre et lumière.

Toutes ses photos sont des tirages uniques réalisés par lui-même dans un contrôle total de la production et selon un procédé alchimique particulier aux sels d’argent modulé par des jeux de lumière sophistiqués et un travail sur les noirs. Il va jusqu’à façonner les cadres pour accentuer le caractère exclusif de chaque œuvre et en faire un objet à part entière. Si le travail de Scabar peut sembler austère et théâtral il est surtout extraordinairement sensuel.

Catherine TIRELLI


[1] Celestino emprunte ce terme à Paul Josef Crutzen, chimiste, météorologue, et lauréat du prix Nobel de chimie, lequel désigne par « Anthropocène » une nouvelle période géologique post révolution industrielle profondément conditionnée tant de manière locale que globale par les effets de l’action humaine. 

Curatrices Catherine Tirelli et Jana Delafontaine

Petr Nikl, Lenka Falušiová, Milan Pekař, Jakub Vávra

Du 3 mai au 29 juin 2018

La Galerie L&C Tirelli et Jana Delafontaine sont heureuses de vous présenter Les Bohèmes.

Une atmosphère tchèque…

Ces quatre artistes et designers de la scène pragoise contemporaine nous invitent à découvrir la richesse de leur univers 

Et, s’il ne s’agit pas d’un groupe au même titre que la célèbre Bohème parisienne, les artistes invités en ont d’une certaine manière, le côté alternatif, idéaliste, libre et excentrique.

Nous voulions ce clin d’œil mais aussi la référence géographique à la Bohème, à ses forêts et ses espaces, la référence à Prague, à une atmosphère particulière de création et d’effervescence.

Toutes tendances et techniques confondues, ces artistes sont liés par une même sensibilité esthétique et un intérêt fondamental pour les processus naturels qui développent des structures surprenantes et spontanées.

A Czech atmosphere …

These four artists and designers of the contemporary Prague scene invite us to discover the richness of their universe.

And, if it is not a group in the same way as the famous Parisian Bohemian, the invited artists have somehow, the same alternative, idealistic, free and eccentric side. We wanted such a reference, but also the geographical reference to Bohemia, its forests, its spaces, reference to Prague, to a particular atmosphere of creation and effervescence. 

All trends and techniques combined, these artists are bound by the same aesthetic sensitivity and a fundamental interest for natural processes that develop surprising and spontaneous structures.

Petr Nikl raconte d’étranges histoires avec des peintures sur lesquelles l’encre librement versée crée des formes aléatoires.

Lenka Falušiová documente forêts et paysages tchèques par des dessins envoutants aux cadrages et points de vue particuliers.

Milan Pekař crée une alchimie magique en laissant les cristaux croitre librement  sur ses pièces de porcelaine.

Jakub Vávra fidèle à sa passion du bois, invente objets et mobilier à la fois éclectiques, raffinés et surtout respectueux de l’identité des matériaux.… 

Quatre visions, une même lame de fond, la nature et ses droits.

Catherine Tirelli